Joaillerie : la leçon de style de Claire Choisne

7Mai - by admin9596 - 0 - In Uncategorized

Le Point : Si une femme devait garder un seul bijou, lequel serait-ce ?

Claire Choisne : Une bague, parce que, égoïstement, c’est la forme qu’elle peut admirer à tout moment de la journée sans avoir besoin de se regarder dans une glace.

Quels types de bijoux aimez-vous le plus travailler ?

Au regard de leur volume, j’adore créer des colliers et des broches. Il y a beaucoup moins de contraintes de place que sur une bague ou des boucles d’oreilles, par exemple.

Un détail chic ?

Tout ce qui ne se voit pas, à savoir l’arrière du bijou. Sa face cachée doit être aussi sublime que celle qui est montrée. Je mets un point d’honneur à obtenir un rendu irréprochable sur la partie invisible d’une pièce.


Collier Blé d’été de la future collection haute joaillerie. © DR

Une touche sensuelle en joaillerie ?

Quand une femme joue librement avec des bijoux très souples qui, par leur parfait emmaillage, épousent sa silhouette.

La faute à ne jamais commettre ?

L’accumulation de bijoux, qu’ils soient très précieux ou pas. Il vaut mieux une très belle pièce que cinquante modèles extraordinaires portés ensemble. Le « trop » est out !


La bague haute joaillerie Jodhpur combine l’or blanc et une tanzanite de 8,12 carats et du cristal de roche pavé de saphirs et de diamants. © DR

Quelles pierres ont vos faveurs ?

Je n’ai pas vraiment de gemme de prédilection. Cela dépend vraiment de la création sur laquelle les pierres vont être serties. Le précieux me séduit tout autant que des matières plus ordinaires, comme le sable ou le marbre, que j’ai associés à des saphirs dans la collection « Bleu de Jodhpur ». Mais j’ai un faible pour le diamant, je l’avoue !

Les gemmes qui illuminent le mieux la peau d’une femme ?

Les diamants associés au marbre blanc ont un effet « coup d’éclat » immédiat. C’est comme si on braquait un projecteur sur le visage.


Bracelet Cypris. © DR

Y a-t-il des pierres plus particulièrement adaptées à un type de femme ?

Je ferais plutôt attention à la couleur de l’or en fonction de la carnation. Par exemple, les Asiatiques raffolent de l’or rose, qui sied mieux à leur teint. Il faut également prendre en compte la couleur des cheveux : si une brune porte des boucles d’oreilles serties de saphirs puissants, les pierres risquent de se fondre dans sa chevelure. En fait, il faut jouer le contraste. Le rubis couleur sang, pierre a priori difficile à porter, sied autant à une femme au teint pâle qu’au teint mat.

Quels sont vos styles de prédilection en joaillerie ?

Je suis fan de l’Art nouveau et de l’Art déco, deux courants assez opposés mais que l’on retrouve chez Boucheron dès les débuts de la maison. J’aime jouer avec ce va-et-vient entre des courbes douces et légères et des contours plus géométriques.


Bague Serpent bohème © DR

Quelles tendances avez-vous remarquées ces dernières années ?

D’une part, la bague qui s’enfile sur plusieurs doigts, de l’autre, le collier qui coule dans le dos, quelque chose de très osé. Par ailleurs, le bijou transformable est à nouveau à l’honneur place Vendôme. Les maisons remettent en avant cette technique qui existe depuis longtemps. Sans doute parce que les clientes actuelles souhaitent porter leur magnifique bijou à différents moments de la journée : elles déclippent deux motifs d’un modèle pour les porter en boucles d’oreilles ou réduire le volume du collier en fonction de l’occasion.