Papouilles dans les Pouilles

15Oct - by admin9596 - 0 - In Uncategorized

Un champ vert argent rejoint à l’horizon le bleu de l’Adriatique. Rien ne dépasse des cimes des oliviers, hormis quelques palmiers et une tour de guet d’un blanc étincelant. Au XVe siècle, elle protégeait les chevaliers de Malte des assauts ottomans. Au XVIIIe, le bâtiment fut transformé en ferme, comme d’usage dans les Pouilles, cette région paysanne du talon de l’Italie connue aujourd’hui pour avoir fait de ses masserie – les fermes en question – des parangons de l’agrotourisme.

Adresse confidentielle

À mi-chemin entre Bari et Brindisi, au cœur d’une exploitation oléicole de 100 hectares, San Domenico ne déroge pas à la règle, tout en cultivant l’exceptionnel. Depuis 1996, cette masseria est devenue un hôtel 5 étoiles, où les bienfaits de la mer et de la terre composent un accord parfait. Ici, le calme s’écoute, ponctué par le chant d’une cascade frayant son lit entre les rochers qui bordent l’immense piscine d’eau salée. Pas d’enfants alentour, mais des lézards espiègles prompts à se faufiler sur la pierre chaude entre les pieds des hôtes venus se ressourcer. Privilège des adresses confidentielles – l’établissement compte 50 chambres, des suites pour la plupart –, on se sent vite adopté par le personnel, chacun vous appelant par votre nom et s’efforçant de s’adresser à vous dans votre langue.


Le personnel est aux « grands » soins dans ce spa d’exception. © DR

« Détoxifiant » et « drainant »

Aux petits soins ? Aux grands, se dit-on après avoir expérimenté le spa. Ce centre de thalassothérapie conçu autour d’une piscine d’eau de mer chauffée à 37 °C dispense, notamment, les protocoles Thalgo : le corps enveloppé dans la boue chaude de la mer Morte et saupoudré de cristaux de sel, on s’évade une vingtaine de minutes, durant lesquelles des doigts agiles prodiguent au visage un massage aux algues. Voici ensuite que ces doigts vaporisent de l’eau de mer tiède et gomment, doucement. On entend un murmure, celui de la douche sous laquelle on est invitée à ôter la boue avant l’application d’une crème hydratante. Les mots « détoxifiant » et « drainant » sont prononcés, mais l’atmosphère feutrée n’a rien de clinique. Le lendemain, sur un matelas rempli d’eau chaude, un gommage à l’huile d’olive maison, suivi d’un massage, rend notre corps soyeux, tandis que le visage, soumis au même traitement, se détend. Une heure et demie s’est écoulée, mais le temps, à la Masseria San Domenico, semble figé dans les troncs noueux de quelques arbres millénaires, heureusement épargnés par xylella, la bactérie qui a décimé les oliviers de l’extrême sud de la Botte.


Repos. Cabines de soins et chambres ­partagent le même raffinement. © DR

Le bar cuit

Trésor du domaine, l’huile verte et fruitée trouve évidemment sa place en cuisine. Les recettes locales témoignent de l’économie de subsistance qu’engendra la chute de l’Empire romain. Dans cette campagne à l’écart des routes commerciales, il fallait bien se débrouiller avec ce qu’on avait, olives, céréales, quelques bêtes… Ainsi, de simples laganari – les spaghettis des Pouilles – à la saucisse et aux poivrons offrent des saveurs rares. Issu de la vigne plantée à l’abri du vent, derrière les collines de Fasano, le sauvignon blanc révèle les plats servis à La Nassa, le restaurant du bord de mer. Chaque soir, les lamparos des barques de pêche tanguant dans le clapotis y font le spectacle. Mais le regard est bientôt attiré sur les mains expertes qui préparent le bar cuit dans une croûte de sel. Comment ne pas relier ces gestes à ceux, tout aussi précis, qui, quelques heures plus tôt, nous procuraient un bien-être infini ?


Rite. La piscine intérieure d’eau de mer, chauffée à 37 ° C.  © DR

Masseria San Domenico, Savelletri di Fasano (Italie). Membre de Leading Hotels of the World. Fermé de mi-novembre à mi-avril, excepté à Noël.

À partir de 430 euros la nuit. Soins de 65 à 235 euros. (39) 80 482 77 69, www.masseriasandomenico.com

Dolce vita

On a beau s’y sentir comme dans un cocon, ce serait dommage de ne pas explorer les alentours de la Masseria San Domenico. À une vingtaine de kilomètres à l’intérieur des terres, la petite ville de Cisternino déploie ses maisons en pierre blanche au-dessus de la vallée d’Itria. Autre citadelle accrochée, elle, sur la route de Brindisi, Ostuni regorge de boutiques d’artisanat et d’épiceries d’où rapporter les taralli, ces petits biscuits ronds qu’on grignote à l’apéritif dans tout le sud de l’Italie.

Consultez notre dossier : Spécial Tourisme