Oslo : le diesel interdit après avoir été encouragé

16Jan - by admin9596 - 0 - In Uncategorized

Il n’y a pas que les automobilistes français qui souffrent de la schizophrénie de leurs dirigeants. Ceux-là mêmes qui après avoir lourdement incité à l’achat de voitures diesel – par la fiscalité historiquement avantageuse dont bénéficie le gazole, à laquelle s’ajoute depuis 2008 par un système bonus-malus favorable à ce type de motorisation – les vouent aujourd’hui aux gémonies.

166 euros d’amende

Les Norvégiens se retrouvent aujourd’hui dans une situation approchante. Ceux parmi eux qui ont eu la mauvaise idée de suivre les recommandations de leur gouvernement en achetant une voiture diesel se verront demain interdit l’accès à la ville d’Oslo. L’interdiction, valable sur les routes municipales, mais pas sur les grands axes nationaux qui traversent la capitale norvégienne, devrait rester en vigueur jusqu’à jeudi quand une amélioration des conditions atmosphériques est attendue, a annoncé la municipalité d’Oslo dimanche soir. Les contrevenants seront passibles d’une amende de 1 500 couronnes (166 euros).

Majorité travailliste et écologiste

C’est la première fois qu’Oslo met en œuvre cette interdiction, dont le principe avait été arrêté en février 2016 par la majorité municipale qui regroupe travaillistes et écologistes. S’ils émettent moins de CO2, les moteurs diesel rejettent davantage de dioxyde d’azote (NO2). « À Oslo, on ne peut pas demander aux enfants, aux personnes âgées et à celles souffrant de problèmes respiratoires de rester cloîtrés à la maison parce que l’air est trop dangereux à respirer », a expliqué la conseillère municipale écologiste Lan Marie Nguyen Berg aux médias norvégiens.

Escroquerie

L’annonce a soulevé la colère de certains automobilistes, incités en 2006 par les autorités norvégiennes à opter pour des moteurs diesel, alors jugés plus respectueux de l’environnement que l’essence. « Décidez-vous. Il n’y a pas longtemps que le diesel était préconisé à la place de l’essence par Jens (Stoltenberg, l’ex-Premier ministre norvégien, aujourd’hui chef de l’Otan, NDLR). Pas sûre que vous sachiez vraiment ce qui est mieux », s’est irritée Irene Signora Maier Tziotas sur la page Facebook du journal Verdens Gang (VG). D’autres internautes usaient d’un langage plus coloré. Mazyar Keshvari, un député de la droite populiste (FrP) qui siège au gouvernement, a appelé les automobilistes à réclamer réparation. « La plus grande escroquerie aux dépens des automobilistes norvégiens est devenue réalité », a-t-il affirmé à la chaîne TV2. « Ça faisait partie de ces mesures climatiques géniales du gouvernement rouge-vert (la coalition menée par M. Stoltenberg, NDLR) », a-t-il ironisé. « Non seulement ils avaient recommandé aux gens d’acheter des voitures diesel, mais ils avaient aussi modifié la fiscalité pour les rendre moins chères. Cela a fait que beaucoup ont acheté une voiture diesel qu’ils ne peuvent pas utiliser aujourd’hui », a-t-il déploré.

D’autres Norvégiens se voulaient plus philosophes. « Très bonne mesure. On devrait mettre en place une interdiction permanente du diesel dans toutes les grandes villes. Les amendes devaient aussi être le double », a commenté Kenneth Tempel sur la page Facebook de VG. Selon l’Institut norvégien de santé publique, les particules en suspension provoquent la mort prématurée de 185 personnes chaque année à Oslo.