Les banques dans l’ombre

28Nov - by admin9596 - 0 - In Uncategorized

Les défaillances multiples de prêts par IL & FS et la panique qui en a résulté autour des papiers commerciaux ont mis en lumière les sociétés financières non bancaires (NBFC), l’espace bancaire parallèle de l’Inde. Pour gagner des parts de marché, les NBFC ont de plus en plus utilisé dans les PCs, un instrument d’emprunt à court terme pour financer des projets à long terme, alors que la croissance du crédit des banques ralentissait. La valeur globale des PC en circulation (le solde d’un prêt portant intérêt) s’élevait à 6,4 millions de roupies lakh crore à la fin du mois de juillet; 96% de croissance depuis juillet dernier. Les fonds communs de placement et les banques ont acheté de tels PC grâce aux NBFC qui ont affiché une meilleure croissance des prêts et des marges nettes d’intérêts plus solides que les banques. Mais la phase d’or n’a pas duré longtemps.  IL & FS a manqué à ses obligations en matière de remboursement de la dette et a vendu au grand public du papier DHFL à un prix fortement réduit, ce qui a eu un effet domino sur les rendements de la NBFC, dont le cours a également chuté. Alors que certains disent que la crise de liquidité a été exagérée, le gouvernement et la Reserve Bank of India (RBI) se sont lancés dans le contrôle des dommages mode.   Une conséquence de ces événements est que les sociétés de réseau de banlieue vont probablement faire face à un coût d’emprunt plus élevé, ce qui signifie que les prévisions de croissance devront être recalibrées et que les marges nettes d’intérêts diminueront.   Les NBFC ont connu une croissance rapide ces derniers temps, malgré la contraction du secteur bancaire. Le portefeuille de prêts combinés des NBFC et des sociétés de financement de l’habitation (HFC) est passé de 11 millions de couronnes norvégiennes au cours de l’exercice 13 à 24 millions de couronnes suédoises en 2006, soit un taux de croissance annuel composé de 17%. Leur part dans le crédit système global est passée de 17% au cours de l’exercice 2013 à 21% au cours de l’exercice 2010. Les prêts bancaires aux NBFC ont également considérablement augmenté (près de 50%) au cours des trois dernières années. Selon le rapport sur la stabilité financière de la RBI publié en juin, 11 402 NBFC étaient enregistrées auprès de cette société en mars 2018, dont 156 étaient des sociétés de dépôt et 249 étaient des entreprises «non systématiques» d’importance systémique. La taille de leur bilan combiné s’élevait à 22,1 millions de roupies lakh.   Étant donné cette taille, il est compréhensible que sont des préoccupations concernant la non-concordance des actifs et des créances de la NBFC, qui correspond à la différence entre les entrées ou les échéances des actifs et les sorties ou les échéances des passifs. Les NBFC qui comptent trop sur du papier à court terme pour financer des projets à long terme sont un sujet de préoccupation.   Les profils ALM des NBFC suggèrent que les HFC (à l’exception de HDFC) sont défavorablement placés sur le profil des échéances, c’est-à-dire que les passifs arrivent à échéance plus rapidement que les actifs. Selon le courtier Emkay Global, 12% des passifs de DHFL (17% des emprunts contractés sur le marché) viendront à échéance dans trois mois, contre 9% du total des actifs (avances de 3%). Les sociétés de financement d’actifs sont relativement mieux placées à l’exception de Cholamandalam Finance, où 15% des passifs (14% des emprunts contractés sur les marchés) viennent à échéance en trois mois, contre 7% du total des actifs (avances de 7%).   « Shriram Transport a également un déséquilibre défavorable en matière de gestion du bilan. Bajaj Finance est le mieux placé avec un passif de 12% (13% des emprunts sur le marché) arrivant à échéance. en trois mois contre 18% du total des actifs (avances de 18%). Mahindra & Mahindra Financial Services et HDFC ont également des échéances ALM favorables », indique le rapport de Emkay Global.   Les PNB de la NBFC notés AAA avec une forte parenté sont mieux placés. Ils continuent à emprunter auprès des banques au taux de prêt marginal basé sur le coût du fonds ou à une prime marginale (25 points de base), c.-à-d. sous 9 pour cent. Les PC notifiés AA par les AA empruntent à des taux plus élevés (9,5%) et avec une durée de réinitialisation plus longue (mensuelle ou trimestrielle au lieu d’annuelle).